Les trottinettes électriques sont-elles la solution au problème du dernier kilomètre ?

Les trottinettes électriques gagnent en popularité, répondant à un besoin important et croissant d’alternatives à la voiture, comme les transport en commun, elles pourraient apporter leur contribution pour améliorer la situation face au « dernier kilomètre ».

Les trottinettes électriques permettent de lutter contre les trajets de courte distance en voiture avec 1 seule personne, réduisant ainsi la congestion urbaine et les émissions de C02. Les trottinettes électriques constituent une option de mobilité souple et peu coûteuse pour les déplacements de courte durée, en particulier ceux qui sont liés aux transports en commun.

Les vélos ont longtemps constitué une excellente option pour les trajets du dernier kilomètre, et ils continuent à le faire. Toutefois, la simplicité et l’aspect pratique des trottinettes électriques pourraient offrir une option encore plus accessible.

Les trottinettes, et en particulier les trottinettes électriques, offrent une option que pratiquement tout le monde, quelle que soit sa condition physique ou son budget, peut utiliser pour de courts trajets.

Comme pour les vélos, les villes doivent tirer parti des trottinettes électriques et encourager directement leur utilisation. C’est notamment le cas de nombreuses communes qui offrent des subventions pour acheter des une trottinette électrique et ou un vélo électrique.

Cela profite aux utilisateurs en rendant les déplacements durables et multimodaux plus rationnels et plus abordables.

Les trottinettes électriques, les vélos et les autres modes de transport partagés utilisant la technologie ont un rôle à jouer dans le changement de paradigme de l’abandon de la possession d’une voiture personnelle. Les villes peuvent tirer parti de cette opportunité en comprenant la demande d’alternative à la voiture pour les courts trajets et en établissant des réglementations intelligentes et ciblées qui contribuent à répondre à cette demande.

Les villes sont désormais préparées et réagissent à la tendance des trottinettes électroniques beaucoup plus rapidement qu’avec des sociétés de réseaux de transport comme Uber, ou même des sociétés de partage de vélos sans quai. Si quelques villes ont carrément interdit les trottinettes électriques, la plupart ont lancé des projets pilotes pour tester la réglementation et évaluer le potentiel d’une utilisation long terme des trottinettes électriques. C’est notamment le cas dans la plupart des grandes villes de France, qui démarrent des projets de constructions d’infrastructures et d’autres améliorations de la sécurité routière.

Encourager l’utilisation de trottinettes électriques pourrait également aider à relier les personnes vivant plus loin du centre ville aux transports publics. Les habitants des quartiers périphériques ont tendance à avoir moins d’options de transport en commun, et ont probablement besoin de solution pour leur voyage. Ce sont ces résidents qui ont le plus à gagner d’un meilleur accès à des solutions fiables et abordables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *