Une seule planète
Une Seule Planète, pour des transitions solidaires Bouton menu
Chargement...
Chargement de l'étape en cours...

Qu’est-ce qu’un média alternatif ? Essais de définition...

Une définition « en creux »

L’information alternative a pour objectif de développer une information différente de celle produite par les médias institutionnels. Cette construction en opposition à un discours hégémonique et libéral sur la société, tout en souhaitant incarner cette « autre vision possible », conduit les médias alternatifs à se définir avant tout par rapport à ce qu’ils ne sont pas ou ne veulent pas être. Ils mettent ainsi en exergue les caractéristiques considérées comme les plus préjudiciables de la presse traditionnelle et se positionnent à l’inverse. Mais la définition de ce qu’est un média alternatif fait toujours l’objet de vifs débats dans le monde de la presse. Nombreux sont les chercheurs à avoir développé des analyses et définitions qui ne concordent pas toujours, chacun retenant et privilégiant un critère plutôt qu’un autre, ce qui donne des définitions justes mais incomplètes.

Une terminologie indécise...

Alternatifs, libres, communautaires, associatifs, citoyens... les qualificatifs associés à ces médias qui se veulent « différents » sont multiples et il est parfois difficile de savoir de quoi et d’où on parle. Là aussi, de nombreuses tentatives de définitions ont été tentées sans toutefois faire l’unanimité, surtout à l’échelle internationale, un contexte culturel particulier pouvant apporter une nuance de contenu importante.

Ainsi, ce sont les termes de « médias libres » ou « médias indépendants » qui sont retenus par les militants de l’information au Brésil, notamment parce que les articles et les tribunes sont indépendants et libres de deux pouvoirs : économique du fait de l’absence de publicité et politique, pouvoir qui pourrait aussi exercer des pressions à travers les financements. Mais ces deux terminologies sont contestées dans d’autres pays. En France, la presse libre étant définie comme « une presse qui n’est pas contrôlée par un pouvoir politique, une autorité ou un gouvernement », et la loi de 1982 garantissant la liberté de la communication, toutes les entreprises de presse sont donc, en théorie, libres. Or, nous l’avons vu, la domination économique est bien réelle et la pseudo-liberté se transforme rapidement en coquille vide... A l’inverse, une nouvelle forme de médias affiche une certaine indépendance vis à vis des groupes de presse habituels, critiquant leur hégémonie et développant un discours alternatif. Mais s’inscrivant tout de même, d’une manière ou d’une autre, dans le secteur marchand, ils ne peuvent pas véritablement être qualifiée de « libres » puisqu’ils demeurent dépendants des contraintes du marché.

Quant aux médias dits « citoyens » et ceux qui sont « participatifs », une légère nuance les sépare. Alors que les premiers permettent à tout le monde de contribuer à leur alimentation à condition de s’être inscrit préalablement (c’est le cas d’AgoraVox par exemple, inspiré du coréen Ohmynews), les médias participatifs sont quant à eux rédigés par des journalistes professionnels ou des experts (c’est le cas de Rue89). Les citoyens sont alors invités à réagir aux articles et à laisser leurs commentaires.

… mais des caractéristiques communes qui s’imposent

A défaut de terminologie qui fasse consensus, des caractéristiques principales – et essentielles – communes aux médias alternatifs peuvent être dégagées :

1/ Une totale indépendance

2/ Une structure démocratique

3/ Des sources indépendantes, larges et multiples

4/ Le copyleft et les licences Creative Commons

5/ Une tribune citoyenne, populaire et participative

6/ Un appel à agir

Lire l'intégralité de l'article : http://www.ritimo.org/Qu-est-ce-qu-un-media-alternatif-Essais-de-definition

Devenons des médias alternatifs ! Guide des médias alternatifs et des sources d’informations différentes

Ressources







Fermer le volet
Fermer le volet